L’Iceberg

L’image ci-dessus est le dessin du poinçon de responsabilité que j’utilise pour signer mes bijoux ; vous le retrouverez donc sur chaque pièce, à l’exception peut-être de certaines trop fragiles pour supporter l’impact que suppose son application.

Il y est représenté un iceberg et sa partie immergée – que l’on peut aussi assimiler à son reflet inversé, quoique modifié – , encadré de part et d’autre par mes initiales.
La partie émergée de l’iceberg a été modifié par les douanes au moment de la validation du dessin : en effet, ce dernier ne peut représenter ni lettres, ni chiffres … or, sans y avoir prêté attention, le détail intérieur formait le chiffre “1” : ils ont donc dessiné autour de ce “1” des détails supplémentaires …

L’Iceberg avant modification


La symbolique du dessin est multiple :

  • L’Iceberg lui-même représente l’individu physiquement, telle qu’il nous paraît, tandis que le reflet inversé et modifié représente ce qu’est la personne en elle : bien souvent, le jugement hâtif est erroné et la réalité bien différente, voir parfois à l’inverse de ce qui était de prime supposé.

  • La partie immergée de l’Iceberg : ce que l’on ne connaît pas d’une personne, ce qu’elle cachera peut-être toute sa vie durant (à son détriment ?), mais qui parfois peut resurgir brutalement en pleine lumière lorsque l’Iceberg se retourne, que la personne se décide enfin à être elle même en faisant fi des regards et jugements extérieurs.

  • La partie modifiée par les Douanes (finalement un ajout inspirant) : les égratignures et les coups de la vie, qui ne doivent pas se refléter sur ce que nous sommes intérieurement, rester fidèle à nous même tout en restant ouvert.

  • Le caractère massif de l’Iceberg : l’impermanence ; malgré les apparences, aussi majestueux et inébranlable qu’il paraisse, il est voué à évoluer et disparaître.

  • Accessoirement, le voyage, les pays froids et plus particulièrement l’Islande, pays si singulier et qui m’est cher, aux paysages primaires et intouchés.